Catherine Auzuret est artiste parisienne, figure montante du mouvement de la photographie de rue humaniste en France.

Paris et la photographie de rue humaniste

Catherine Auzuret a fait des rues de Paris son « terrain de je » favori.

Elle observe, prend le temps de regarder puis voir : la photographie de rue est, selon elle, avant tout un exercice méditatif qui mène à son expression créative.

Capturant avec tendresse des instants de vie fugitifs et intemporels, sans mise en scène ni préparation, la photographe réveille notre capacité d’émerveillement en nous dévoilant des scènes vivantes, souvent cocasses et insolites qui laissent à chacun l’interprétation de ce que la photo lui raconte.

S’inscrivant dans le courant de la photographie de rue humaniste, Catherine Auzuret pose son regard bienveillant sur une ville où se joue et rejoue le miracle de la vie.

Son travail aborde les thèmes universels de l’enfance, de l’amour et de la douceur de vivre que nous tentons de vous restituer avec quatre séries de photos.

Série Les Amoureux

Avec la série « Les Amoureux », Catherine Auzuret nous invite pudiquement dans l’intimité des couples qui font battre le cœur de Paris.

L’Amazone à Cabas et Les Boards de Seine, deux photographies marquées par des artefacts modernes et qui pourtant inscrivent ces amours dans la continuité de celles qui les ont précédées à travers les époques.

Série Les Enfants

Comment les enfants s’approprient les rues de Paris ? Catherine Auzuret s’interroge quant à la place que les adultes et la ville laissent aux enfants.

La série « Les Enfants » comprend trois photographies Graffitis, Les Bulles et Les Jumelles. Trois instants de jeux et d’insouciance finalement très rares dans une réalité urbaine où la sécurité prime sur la liberté.

Série Les Mannequins

La série « Les Mannequins » composée de Reflection 1 et Reflection 9, rend compte de la fascination que la féminité des mannequins vitrine exerce sur Catherine Auzuret. Ces témoins silencieux, objets asservis mais affichés comme modèle, assistent aux manifestations et écoutent les revendications féministes.

Mais comment les associer à la ville, à l’histoire des femmes et à leur mouvement d’émancipation ? Comme un fil rouge à travers les années, cette réflexion a mené la photographe à « Reflection ».

Série Les lecteurs

Résister au numérique et prendre le temps des mots. Sentir l’encre. Palper le papier…

Avec la série « Les Lecteurs » et ses deux photos, Le Petit Monsieur du Coin et Hommage à Vivian M. , Catherine Auzuret nous rappelle que la lecture du journal est un moment privilégié de la journée, un plaisir renouvelé chaque matin malgré les mauvaises nouvelles !

Toutes ses œuvres

Panier
Retour haut de page